Archive de la catégorie ‘Ravenelle’

8
Juin

Le mensonge

   Ecrit par : ravenelle   in Ravenelle

Elle observe attentivement le résultat. la pierre précieuse semble luire d’une étrange aura. Elle l’incruste dans un anneau et glissement doucement le résultat sur l’un de ses doigts. Elle sent puler son œuvre et, satisfaite, retire la bague pour la glisser dans une enveloppe.

Euryops ma chère, j’espère que ce présent te plaira et t’apportera la sagesse nécessaire à l’accomplissement de ta destinée.

Ravenelle

Se levant de son bureau de travail elle se dirige tout droit vers le miroir, se scrutant lentement, ne laissant aucun détail au hasard. Elle n’y voit pas vraiment son reflet, des années d’auto-persuasions ont lentement pris racine au plus profond de sa psychose, empêchant son regard de lui rapporter la vérité. Ses cheveux morts sont à nouveau bombant, sa peau nécrosée à l’éclat lunaire de la noblesse.

Le mensonge devient si fort qu’il en devient réelle. Individu à part entière il se plonge dans la foi théologique et soigne le corps décédé de la prêtresse. Lorsque cette dernière se sent enfin apaisée, elle retourne devant son bureau et sort quelques feuilles de papier.

Et voilà une nouvelle journée de terminée et comme cela semble être le cas ces derniers jours, le sang a coulé abondamment. Mes sœurs de batailles sont de vrais furies, toujours affamées. Je me souviens des leçons de ma mère: « Une dame se doit d’avoir des passions, des hobbies et des amies avec qui discuter ». Je me souviens de ces réunions interminables où toute sa clique discutaient d’inepties ridicules, parlaient de leur passion de couture, broderie ou que sais-je. L’ennui était le maître mot de ces moments entre dames. Et pourtant cela me semblait logique, une dame digne de ce nom se devait de faire quelque chose de sa vie et il était vital de s’entourer de personnes avec qui partager ces passions.

Mon premier test fut un lamentable échec, la distillation de la maladie dans mes terres natales avaient rendues les quelques survivantes pathétiques. La nouvelle lubie était de se croire mort-vivante (et la lumière sait combien j’ai toujours honni cette phase de l’adolescence où les filles s’habillaient en noir en jouant les vampires). Comment discuter avec de tels idées farfelues dans la tête? De plus la chapelle de la lumière avait été détruite, mes professeurs étaient tous morts ou portés disparu et pire que tout, nous devions quitter la capitale pour vivre dans ses égouts!

Aaaaaah Silvermoon. J’ai retrouvé donc une ancienne connaissance et rencontré deux jeunes orquettes. Je sais qu’on m’ai appris que les orcs étaient le mal mais je suis une dame à l’esprit ouvert, les humaines étant devenue d’un ennui… je ne vois pas en quoi juger cette race avant d’en connaître certaines représentant. J’ai donc lancé l’idée de se réunir entre fille… un nouvel essaie en somme! Hélas plus question de couture, de broderie, de livre ou d’hommes, mes amies sont des Valkiries apportant mort et désolation partout où elles vont. Je dois avouer que c’est moins rasoir que ce que je pensais… mais cette débauche de violence ne me plait guère. De plus je me suis laissée entrainée dans ce chaos sangilonant en mangeant un bout de murlok… je pensais faire bonne mesure mais vu le visage de Vipérine… je me suis fortement trompé (ceci dit en passant le murlock a un goût de poisson cru pas du tout désagréable, je sais qu’une dame ne mange pas de viandes crues mais je trouve que les aliments cuits perdent énormément en saveur!).

Ainsi soit-il, je vais tenter de garder ce groupe d’amies, je vais tenter d’apporter un brin de sagesse et puis je me sens vraiment protégée… de plus nous voyageons dans l’ancienne Quel Talas! Silver Moon est une ville superbe et je suis heureuse de voir que mes nouvelles compagnes semblent y apprécier leur séjour.

La plume reste en suspens… plus rien ne lui vient et de toute façon elle a une lettre à poster. Elle retourne vers le miroir et laisse son regard plonger dedans… les heures passent sans qu’elle ne bouge d’un poil. La nuit tombant un halo l’entoure, sa chaire se revitalise, ses cheveux reprennent de leur splendeur, elle bat des cils et revient à elle. Sortant dans la nuit elle ne voit pas sa chevelure se raidir à nouveau. Elle est belle, elle est vivante, c’est tout ce qui compte.

2
Juin

Le capitalisme n’est pas mort

   Ecrit par : claire   in Ravenelle

Il est étrange par moment de voir combien l’évolution peut donner naissance à certaines aberrations amusantes. Je n’aurais jamais pensé voir un jour ce genre d’affiche au sein même des cités des enfants de Thrall. Pour la peine je ne me sens pas dépaysée.

(Merci beaucoup à TysDerleth)

2
Juin

Le capitalisme n'est pas mort

   Ecrit par : ravenelle   in Ravenelle

Il est étrange par moment de voir combien l’évolution peut donner naissance à certaines aberrations amusantes. Je n’aurais jamais pensé voir un jour ce genre d’affiche au sein même des cités des enfants de Thrall. Pour la peine je ne me sens pas dépaysée.

(Merci beaucoup à TysDerleth)

1
Juin

Ravenelle

   Ecrit par : ravenelle   in Ravenelle

Tu es Jolie…. la maladie ne t’auras pas ma belle… on va se battre contre elle et ils verront ces abrutis qui pensent toujours tout savoir sur tout.

Cela fait une heure que je me pouponne devant ce miroir, une heure que je combat les moindres traces de cette « mauvaise grippe » qui ne semble pas vouloir passer.
J’aime bien Lune Argent, les lits sont confortables, tout est opulence et dépravation. Ils n’ont pas oublié ce que c’était de vivre, voilà qui me change de ma terre natale.

Oh non encore un bout de peau qui part en lambeau, je dois avoir attrapé une sorte de coup de soleil. Un peu de fard à joue, du fond de teint, un très léger rose sur les lèvres.
Me voilà tout à fait présentable… parfait. Et voilà qu’on m’apporte la robe que je me suis offerte hier, excellent!

Un dernier coup d’œil… oui tu es superbe, telle la fleure tu continues à t’épanouir Ravenelle, elles vont en baver de jalousie.

Ça me rappel que j’ai rendez vous avec les autres, je leur ai promis de les accompagner. Ce n’est pas désagréable, Néréïde et Vipérine possèdent un certain charme sous leur teint verdâtre, elles ont ce caractère pratique, directe, associé généralement aux personnes aux faibles capacités intellectuelles et surtout elles sont vivantes! Après des mois en compagnie d’idiot qui se prennent pour des morts, c’est rafraichissant. Revoir Euryops était aussi plaisant même si, comme dans son habitude, elle agit comme si elle me voyait pour la première fois. Je ne cherche pas à comprendre les elfes, leur nouveau nom ridicule « Elfe de Sang » a fini par me faire comprendre qu’hommes et elfes ne sont finalement pas fait pour s’accorder sur la bienséance des us et coutumes. Malgré tout ma misanthrope d’amie a le don inhabituel d’avoir un regard négatif sur à peu près tout!
Toutes les quatre formons un bien étrange groupe, rien de tel pour déstabiliser la gente masculine… et je dois dire que leur laideur apparente n’est pas pour me déplaire.

Encore un dernier coup d’œil au vaste miroir… hum c’est parfait… une dernière prière pour bénir la lumière, une dernière bénédiction pour soigner ma chaire malade, c’est bon je suis prête à sortir.